Cottenoyre, Antoine ( ? – 1731)

L’ancêtre de tous les Cotnoir / Cottenoir / Préville en Amérique

Cottenoyre, Antoine (    -1731)  – Le premier arrivant en terre d’Amérique

Fils de François Cottenoyre et de Marie Coppin, dont on ignore le lieu d’origine, il contracte mariage devant le notaire Cusson, le lundi 27 avril 1682, avec Marguerite Provencher, née vers 1665, fille de Sébastien Provencher et de Marguerite Manchon, et l’épouse à Cap-de-la-Madeleine, le mardi 28 avril 1682. De leur union naissent huit enfants.

Il arrive au pays en 1679 ou auparavant, car il s’engage, le 13 novembre, en compagnie de Vincent Boubriau dit Laviolette à fournir à Louis Lecomte-Dupré huit cent planches de dix pieds de long par onze à douze pouces de large moyennant 320 livres payables en marchandises. Il achète, le 19 janvier 1680, de Nicolas Cacheux, une terre de deux arpents de front dans la seigneurie de Villier qui deviendra la seigneurie de Bécancour. Il paie 150 livres pour cette habitation. Il se fixe sur sa terre de Bécancour. Jean Lemoine, seigneur de Sainte-Marie, lui concède une terre dans sa seigneurie. Le 2 août 1685, il lui en fait remise. Il reconnaît devoir à ce même Jean Lemoyne, le 18 février 1687, la somme de 50 livres qu’il promet de payer en castor ce qui nous indique qu’il s’adonne à la traite des fourrures.

Il achète à Bécancour, la terre de Pierre Guillet dit Lajeunesse et rembourse cet achat par une rente annuelle de 50 livres. Le 4 mai 1690, Guillet lui donne quittance de 40 livres à ce sujet. Le 6 août suivant, il doit au marchand Pierre Le Boulanger du Cap-de-la-Madeleine, la somme de 1013 livres et 1 sol pour des marchandises. Le seigneur Pierre Robineau lui concède, le 2 avril 1692, une terre de quatre arpents de front dans sa seigneurie de Bécancour. Le 9 mars 1693, il doit 88 livres 2 sols et 3 deniers pour des marchandises reçues de François Chorel. Une fois de plus, il s’engage à rembourser en castor. Après le décès de Sébastien Provencher, son épouse a droit à sa part d’héritage et participe au partage de la terre le 5 février 1711. En mai 1718, il achète de Charles Besnier une terre de quatre arpents de front à l’Île Dupas, qu’il revend à son fils Antoine, au prix de 150 livres, le 15 mai suivant. Son fils Antoine cède cette terre à ses frères, François et Étienne qui s’engagent en retour à héberger et prendre soin de leurs parents. Seul Étienne est fidèle à son engagement. C’est donc chez ce dernier qu’il termine ses jours. Il décède à l’Île Dupas le 4 mai 1731.

Source: Michel Langlois, « Dictionnaire biographique des ancêtres québécois (1608-1700) », Tome 1,

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s