Une curiosité… À lire avec précaution.

Voici la reproduction d’un texte paru dans un hebdomadaire ultra- catholique de la Nouvelle-Angleterre – L’IMPARTIAL –
le 27 décembre 1962.
On y fait l’éloge des
FAMILLES DU NOM « COTNOIR »
ET DES FAMILLES APPARENTÉS PAR MARIAGE,
sous la signature de J. Narcisse Cotnoir, (1887-1961),
oblat de Marie-Immaculée.

Cotnoir_small    cropped-emblem-cotnoir.jpg      

 

 

 

 

 

AUX FAMILLES DU NOM « COTNOIR » ET FAMILLES APPARENTÉES PAR MARIAGE

Chères familles


Pesons la grandeur de ce nom « Cotnoir » et respectons le comme il mérite.

L’homme qui compte dans ses ascendants un général illustre ou quelque autre personnage considérable est tout flatté lorsqu’on dit devant lui le mérite de cet ancêtre et il s’efforce de ne commettre aucun acte de négligence qui puisse obscurcir l’éclat du nom que ce devancier a illustré et qu’il devrait transmettre à ses descendants comme un précieux héritage de famille.

            Et nous de la famille « Cotnoir » soyons honorés de ce beau nom. Nous sommes les membres d’une famille illustre sur les champs de bataille par de glorieux faits d’armes. L’histoire fait remonter jusqu’au neuvième siècle, sous Charlemagne, notre ascendance. Trois siècles plus tard, l’un des nôtres faisait partie des Croisades et partait pour la défense des Lieux Saints. C’est bien ce qui ressort du blason de la famille relatant l’histoire de notre ancêtre. Enobli du titre de Seigneur. J’ai en ma possession un document venant de Paris signé « de Cotnoir ».

            Nom originairement écrit « de la Cotte-noire » en raison de la cotte de laine noire que portait à la guerre ce devancier et qui lui servait de bouclier. Un prénom est ajouté à notre nom et c’est celui de « Préville ». « Cotnoir dit Préville » tel qu’indiqué au dictionnaire généalogique de Monseigneur Tanguay. Cependant, personne ne songe à joindre ce prénom à notre nom de famille « Cotnoir ». Non plus qu’écrire « de Cotnoir » particule de notre noblesse perdue au cours des âges et qui indique notre titre de noblesse perdue au cours des âges et qui indique notre titre de famille seigneuriale, ainsi ennoblie au lendemain des Croisades, auxquelles a pris part, comme officier, notre très illustre ancêtre. La science du blason de l’époque des croisades, c’est à la fin du douzième siècle qu’on la voit obéir à des lois immuables et prendre un caractère régulier. À cette époque, on établit des chartes et répertoires destinés à fixer l’authenticité des armoiries, et chaque blason de famille devient propriété régulière et transmissible.

            Sous ce nom de blason, on comprend les armoiries et les ornements extérieurs. Ces derniers indiquent le rang.Et pour nous qui apercevons ici l’armure et le casque d’un militaire, nous voyons que notre illustre ancêtre était homme de guerre, soldat.

            Chers parents, permettez-moi d’ajouter à ces données ce qui suit. Mon père vient de mourir, 5 décembre, 1952, ayant dans sa longue carrière de 90 ans construit 1 000 maisons et formé une école d’apprentissage d’où sont sortis 75 élèves, passés maîtres en leur métier.

            En l’année 1916, année de mon Ordination sacerdotale chez les Oblats, mon père construit une nouvelle et vaste demeure que l’on désigna au village, sous le nom de « château ».

            Chère grande famille, tout ce qui vous est dit en ces lignes l’a été dans le ferme espoir que ce témoignge d’estime relatif à l’histoire de notre NOM vous plaira et déterminera chez tous un légitime motif de noble fierté. Fils de noblesse, aimons nos Ancêtres.

 

Article signé : J. Narcisse Cotnoir, oblat de Marie Immaculée « Bene Merenti »

Article paru dans: L’Impartial, jeudi, 27 décembre 1962

L’Impartial est un journal franco-américain publié à Nashua, News Hampshire – U.S.A. de 1898 à 1964.

______________________________________

N .D.L.R. (Note de la rédaction)
Décédé en prédestiné de la Vierge, le 1er samedi, le 6 mai 1961. Il voulait mourir, le 20, pour aller célébrer le centenaire de la mort de son Fondateur, Mgr Charles Joseph Eugène de Mazenod, o.m.i. au ciel.

_______________________________________

Les renseignements que nous possédons sur ce J. Narcisse Cotnoir dans notre base de données généalogiques sont les suivants :
Son nom apparaît sous l’épellation « Cottenoir ».
Né à St-Robert, comté de Richelieu, le 3 décembre 1887.
Répertorié au recensement de 1901 – Lieu de résidence : Saint-Robert, comté de Richelieu, Québec. Âgé alors de 13 ans.
Il est le 2ème enfant de Narcisse Cotnoir (1863-1952) et d’Isilda St-Martin (1867-1901). Le père était menuisier et entrepreneur de pompes funèbres.
De ce premier mariage à Isilda St-Martin sont nés 9 enfants.
Il a été ordonné prêtre en 1916. Il était oblat de Marie Immaculée.
Décède le 6 mai 1961. Est inhumé à Boston, Massachusetts, U.S.A.

 

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s