« Là où mes pas m’ont conduit »

Il y a quelque temps monsieur André Malo nous informait qu’il avait écrit un livre – une biographie en fait – portant le titre « Là ou mes pas m’ont conduit » et qui est un vibrant témoignage rendu à la vie. Ce livre est en partie dédié à « Andrée Préville, ma compagne depuis plus de 60 ans. »

jean_malo(01)

On peut consulter une version pdf du livre en cliquant ici

C’est un récit fascinant d’une vie bien remplie. Ce qui rend d’autant plus intéressant ce témoignage de vie,  c’est que la conjointe de monsieur Malo porte le le nom d’Andrée Préville. 
En deuxième partie de son livre (à partir de la page 109), monsieur Malo fait le récit des débuts de sa vie commune avec André Préville, épousée le 14 juin 1948 à la cathédrale de Joliette (c.f. p. 107). 

L’épouse de Jean Malo, Andrée Préville, est née en 1927. Elle est le 6ème enfant ainsi que la 6ème fille d’Hervé-Georges Préville (né a Saint-Gabriel de Brandon en 1889 et décédé à Ste. Elizabeth en 1975) et d’Adrienne Bayeur (1866-1969).
Si l’on remonte la ligne du temps on constate qu’Andrée Préville est la petite fille de Norbert Préville (1854-1943) et l’arrière petite-fille de Léon Préville (1825-1913). Encore plus loin dans le temps, elle est l’arrière-arrière petite-fille de Charles Préville (le centenaire) (né à St. Cuthbert en 1787 et décédé à St Amboise de Kildare en en 1877).

Ce Charles Préville était l’un des enfants d’Étienne Cottenoir  (le quatrième de ceux qui ont survécu à la naissance – 6 autres sont décédés soit à la naissance ou au cours de leur première année de vie). Les quatre survivants ( trois garçons et une fille) ont tous porté le patronyme de Préville. (La raison reste toujours à déterminer)

Si l’on poursuit notre remontée dans le temps, on constate qu’Étienne était l’un des enfants d’Antoine Cottenoir (1688-1759), fils aîné de nos ancêtres communs, Anthoyne Cottenoyre et Marguerite Provencher.

Pour consulter l’asendance d’Andrée Préville sur Heredis OnLine, on clique ici.

andree_preville(01)

Nous souhaitons donc longue vie à madame Andrée Préville-Malo qui est maintenant âgée de 90 ans. Qui sait, peut-être en viendra-t-elle à dépasser le record de longévité atteint par son arrière-arrière grand-père, Charles Préville (1787-1877). Il a été l’un de ceux qui ont amorcé le déplacement (ou la migration) et en fait l’installation des Préville dans la région de Lanaudière.

p.s. Monsieur Malo nous informait tout récemment que son épouse Andrée avait été admises aux soins de longues durées au Centre Parphilia Ferland situé au Centre Hospitalier De Lanaudière. « Elle ne peut marcher ni parler mais vous souhaite Bon succès. »

 

Advertisements

2 réflexions sur “« Là où mes pas m’ont conduit »

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s